Préférence système d’UGO BIENVENU

Que reste-t-il d’une mémoire sélective ?

Dans un futur proche toute donnée jugée périmée est supprimée.

Dystopie virtuose, Préférence système fait réfléchir sur les pouvoirs de la transmission et de la création.

Préférence Système

Sous la rigueur des traits réalistes propres à Ugo Bienvenu, avec des aplats de couleurs vives se cache une réflexion pénétrante sur l’opposition entre nature et culture.

Préférence Système d’Ugo Bienvenu, chez Denoël

23,00 €

#VibreLivre

Une machine comme moi d’IAN MCEWAN

So British!
Adam, un androïde doté de l’intelligence

artificielle la plus perfectionnée qui soit se retrouve confronté aux turpitudes de l’Être Humain. Est-ce que cette nouvelle intelligence bienveillante et droite qui respecte les règles sera-t-elle comprendre nos comportements si ambigus et contradictoires?

Une machine comme moi d’IAN MCEWAN, traduction de France Camus-Pichon.
Collection Du monde entier chez Gallimard.
400 pages
22€

#VibreLivre

Samedi 4 janvier: rencontre et récital avec Bernard Loisel.

Mini récital et dédicace du dernier roman : « Romance » de Bernard Loisel.

Samedi matin à partir de 10h:

« Les voilà qui arrivent » , avait annoncé une gamine, à l’aboiement d’un chien patriote. C’est à Paris que tout a commencé, gamin, assis sur une table… un phonographe dessus et trois disques 78 tours… Les Avé Maria Gounod, Schubert, et l’aubade du Roi d’Ys d’Edouard Lalo. Comment ne pas être emballé par les mélodies de Tino Rossi et de Beniamino Gigli ? Je vous le demande ! Né dans la mouvance de la Seconde Guerre mondiale, pour prendre les routes de l’exode, avec les pluies mortelles du fascisme et de leurs avions mitrailleurs en toile de fond. Et nous, pareils à des nuées plongeant dans les fossés. Encore vivant, rentré à Paris après la Libération, je ne sais quel chemin prendre… Un métier, sans doute, mais aussi un Art. Chant, composition de musiques, écriture. L’orchestration ! Il faut des années… et encore ! « Le temps, cette industrie phénoménale sans pitié eut raison de moi » . Je choisis l’écriture. La peinture des mots, j’écris comme je chante, émotion et ferveur. Arrivé en Ardèche, tombé de mon lit d’un cauchemar. Je relevai le défi grâce aussi à la population ardéchoise pour son accueil croisé, ombre et lumière, sous l’abat-jour. Parisien des faubourgs et du canal Saint-Martin, je n’oublie rien qui ne soit la belle histoire humaine, malgré les difficultés dont elle est harcelée, accablée.« dixit Bernard Loisel