28 septembre: Zarina Khan

Engagée dans la défense des droits de l’homme et de l’enfant, Zarina Khan s’est vu attribuer le Prix Seligmann 2017 pour son ouvrage La Sagesse d’aimer. Ce prix récompense un ouvrage qui s’inscrit dans un combat contre le racisme, l’intolérance et l’injustice.
Zarina Khan nous lira des extraits des ses deux ouvrages « La sagesse d’aimer » et « La forge solaire » et un extrait de son prochain livre.

Festival des Mots Dégelés

Mode d’emploi de la boîte à la librairie:

1 : Prendre un stylo ✏
2 : Ecrire comme vous le sentez (signer ou pas)📝
3 : Trouver l’une des 12 boîtes à votre disposition dans la ville.📮
4 : venir voir votre texte et découvrir les autres exposés au cinéma Le Navire le 2 octobre 2019.

Les simples

Pas si simple…
d’être bénédictine au Moyen-Age,

et que l’on détient la connaissance des simples qui est prisée jusqu’à la Cour. 
Un roman historique bien documenté, qui nous plonge dans un voyage dans le temps, pas si simple…

Les simples de Yannick Grannec , aux éditions d’Anne Carriere.
368 pages
22€

#VibreLivre

Du 17 septembre au 9 octobre à Aubenas, le Festival Les Mots dégelés aura pour thème La marge.

« La marge, c’est l’espace de tous les possibles. Idéalement placée à côté du texte, c’est le hors champ du propos, la petite note qui souligne l’idée…

Ce sont les genres de littérature qui se glissent aux frontière… C’est aussi la ligne, la frontière qui a mis des voix à l’écart de l’audience infinie du dehors… Le reflet d’une norme qui peut exclure et mettre à la marge…»

Dans ce cadre, nous vous invitons à rencontrer à la #Librairieduchâteau Zarina Khan dans la matinée du samedi 28 septembre.

Pour plus d’informations: http://lesmotsdegeles.eklablog.com/le-festival-c25939790 ou facebook: Les mots dégelés Association

L’empreinte d’Alexandria Marzano-Lesnevich

Coup de coeur du livre étranger de cette été.

Comment être contre la peine de mort et se retrouver la victime qui souhaiterait farouchement la mise à mort de son agresseur. Tout dépend comment et par qui l’histoire est racontée… et à quel moment. C’est ce que démontre Alexandria Marzano-Lesnevich, aujourd’hui professeur de littérature et ancienne étudiante en droit.

L’empreinte d’Alexandria Marzano-Lesnevich, traduit par Héloïse Esquié.
480 pages
22€
#VibreLivre